Robotique

09 février 2019

Open source

fredericgaspoz 

Les solutions open source présentent des avantages fondamentaux par rapport aux solutions propriétaires:

1. FLEXIBILITÉ ET AGILITÉ

Les responsables informatiques doivent fondamentalement offrir flexibilité et agilité à leur entreprise. Si vous ne pouvez pas concourir sur l’agilité, vous allez être laissé pour compte par la concurrence. L'open source permet une agilité technologique, offrant généralement plusieurs façons de résoudre des problèmes. L'open source permet d'éviter que votre organisation informatique ne soit bloquée, car une fonctionnalité particulière n'est pas disponible auprès d'un fournisseur. Au lieu d'attendre que le fournisseur fournisse cette fonctionnalité, vous pouvez la créer vous-même.

Autre exemple, je pourrais aujourd'hui mettre en place une instance OpenStack, une instance Red Hat Enterprise Linux ou son équivalent de communauté, ou une instance de MongoDB, et le faire moi-même avec le logiciel open source disponible gratuitement sur Internet. Je pourrais commencer à construire un projet, une plateforme, à tester la faisabilité ou à développer mes compétences.

Si je devais essayer de le faire avec des produits propriétaires similaires de VMware, Microsoft ou Oracle, je passerais des jours ou des semaines à simplement négocier les termes et conditions et les frais pour commencer. Ou, au minimum, je devrais au moins passer par un long processus pour signer un projet pilote avec leur organisation de vente.

2. VITESSE

Votre entreprise sera bientôt en concurrence sur la vitesse, si ce n’est pas déjà le cas. L'open source permet la vitesse. L’un des grands avantages de l’open source est la possibilité de prendre les versions de la communauté, de commencer, de savoir si elles peuvent résoudre votre problème et commencer à générer de la valeur immédiatement. Une fois que vous avez pris cette décision, le support et les services professionnels sont de plus en plus disponibles pour les produits open source, notamment ceux pris en charge par Red Hat.

Cela vous permet de tirer le meilleur parti des deux mondes: flexibilité, agilité et capacité de démarrer rapidement et à moindre coût, avec une capacité de développement à grande échelle, une mise en œuvre entièrement prise en charge, de niveau entreprise, et vous n'avez pas à passer en revue les obstacles liés aux licences propriétaires pour y parvenir.

3. RENTABILITÉ

L'open source est généralement beaucoup plus rentable qu'une solution propriétaire. Non seulement les solutions open source sont généralement beaucoup moins chères dans un environnement d'entreprise pour des capacités équivalentes ou supérieures, mais elles donnent également aux entreprises la possibilité de démarrer à petite échelle et à petite échelle (plus à venir). Étant donné que les entreprises sont souvent confrontées à des problèmes de budget, il est tout à fait logique d'explorer des solutions open source.

4. CAPACITE A COMMENCER

Avec l'open source, vous pouvez commencer petit et rapidement avec des versions de la communauté, puis migrer vers une solution prise en charge par le commerce, selon les besoins de votre entreprise. Si le projet ne nécessite pas de support, vous pouvez continuer indéfiniment sur la version de la communauté. Vous avez la possibilité d’essayer les différentes solutions de rechange, de choisir celle qui fonctionnera le mieux, puis de l’intensifier avec une solution commerciale.

5. SECURITE SOLIDE DE L'INFORMATION

L’open source commercial possède un dossier solide en matière de sécurité des informations dans un monde dangereux. Évidemment, il est difficile d’affirmer la supériorité de la sécurité pour toute solution et c’est un environnement difficile pour nous tous, mais la réactivité de la communauté open source et des fournisseurs vis-à-vis des problèmes de sécurité de l’information a été très bonne. Le fait que nous ayons jeté un œil sur le code qui, dans certains cas, remonte à plusieurs décennies, nous a permis d’identifier et de résoudre les problèmes dès qu’ils sont apparus, au lieu d’avoir le code mouleur dans un environnement propriétaire où peu de gens connaissaient l’exposition, mais certains l'exploitaient, c'est un avantage de l'open source.

6. ATTIRER UN MEILLEUR TALENT

L'open source donne aux entreprises la possibilité d'attirer de meilleurs talents. La plupart des technologues professionnels connaissent bien l’open source et beaucoup pensent que c’est la direction que prend l’industrie. Nombre d'entre eux aiment créer leurs propres projets et avoir la capacité d'interagir avec d'autres personnes en dehors de leur entreprise pour développer des solutions. Donner aux développeurs souplesse et liberté peut être un outil important pour attirer les meilleurs talents.

7. PARTAGER LES FRAIS DE MAINTENANCE

Vous pouvez résoudre les problèmes de votre entreprise tout en partageant efficacement certains coûts de maintenance. L'un des avantages fondamentaux de l'open source est la participation de la communauté. Plutôt que de rédiger une application et de la gérer vous-même, vous pouvez partager le coût de maintenance et de maintenance des applications entre plusieurs parties.

8. LE FUTUR

L'open source est l'avenir. Les solutions Web, mobiles et en nuage reposent de plus en plus sur une infrastructure open source. Certaines solutions de données et d’analyse ne sont disponibles qu’en open source.

Les futures architectures seront très probablement basées sur l'open source, comme elles le sont aujourd'hui dans les solutions mobiles avec la plate-forme Android; solutions Web, où la grande majorité des sites Web sont basés sur une technologie open source; et les solutions cloud, où presque toutes, à l’exception du cloud de Microsoft, reposent sur l’open source. L’open source est le futur.

Frederic Gaspoz

 

Posté par Frederic Gaspoz à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


06 janvier 2019

Ethique et intelligence artificielle

L'intelligence artificielle englobe tellement d'applications différentes qu'elle pourrait soulever une très grande variété de questions différentes.

Par exemple, qu’arrivera-t-il à la main-d’œuvre si Amnesty International licencie beaucoup de personnes? Cela soulève des problèmes d’éthique car il affecte le bien-être et l’emploi des personnes. On se demande également si nous devons d'une manière ou d'une autre intégrer l'éthique dans le type de décisions que les dispositifs d'intelligence artificielle prennent en notre nom, d'autant plus que l'intelligence artificielle devient plus autonome et plus puissante. Par exemple, une question qui fait actuellement l’objet de nombreuses discussions est la suivante: quelles sortes de décisions devraient être programmées pour des véhicules autonomes? S'ils prennent la décision de faire chuter l'un ou l'autre, de tuer quelqu'un ou de tuer le conducteur, quelle sorte d'éthique pourrait en découler?

Mais il y a aussi des questions éthiques concernant l'IA en médecine. Par exemple, des thérapies psychologiques virtuelles utilisant l’IA, telles que la thérapie cognitivo-comportementale, sont déjà en cours d’élaboration. Cela pourrait être utile car il semble que les gens s'ouvrent parfois plus librement en ligne. Mais, évidemment, il va y avoir des problèmes éthiques dans la façon dont vous allez répondre à quelqu'un qui dit qu'il va se suicider, ou quelque chose du genre. Il y a divers problèmes éthiques concernant la façon dont vous programmez cela dans.

«L'intelligence artificielle nous pousse à la limite de diverses questions sur ce qu'est l'être humain dans le monde»

Je suppose que le travail en intelligence artificielle peut être divisé en deux catégories: que vous parliez du type de problèmes auxquels nous sommes confrontés maintenant ou dans un avenir très proche. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés concernent à présent une IA «étroite» centrée sur des tâches particulières. Mais il existe également des travaux spéculatifs sur la possibilité de développer une intelligence artificielle générale ou, même dans ce cas, de passer de celle-ci à une surintelligence. Mais si nous cherchons une intelligence générale artificielle qui imiterait l'intelligence humaine en général, selon que nous en gardions le contrôle ou même si nous ne le contrôlions pas, de nombreuses personnes soutiennent qu'il faut intègrent une sorte d'éthique ou un moyen de s'assurer que l'IA ne fera pas le retour en arrière et décidera de se rebeller - le genre de chose qui se passe dans beaucoup d'histoires de robots d'Isaac Asimov. L'intelligence artificielle soulève donc de nombreuses questions éthiques, à la fois actuelles et futures.

L'intelligence artificielle englobe tellement d'applications différentes qu'elle pourrait soulever une très grande variété de questions différentes. Par exemple, qu'arrivera-t-il à la main-d'œuvre si Amnesty International licencie beaucoup de personnes? Cela soulève des problèmes d'éthique car il affecte le bien-être et l'emploi des personnes. On se demande également si nous devons d'une manière ou d'une autre intégrer l'éthique dans le type de décisions que les dispositifs d'intelligence artificielle prennent en notre nom, d'autant plus que l'intelligence artificielle devient plus autonome et plus puissante. Par exemple, une question qui fait actuellement l'objet de nombreuses discussions est la suivante: quelles sortes de décisions devraient être programmées pour des véhicules autonomes? S'ils prennent la décision de faire chuter l'un ou l'autre, de tuer quelqu'un ou de tuer le conducteur, quelle sorte d'éthique pourrait en découler?
Mais il y a aussi des questions éthiques concernant l'IA en médecine. Par exemple, des thérapies psychologiques virtuelles utilisant l'IA, telles que la thérapie cognitivo-comportementale, sont déjà en cours d'élaboration. Cela pourrait être utile car il semble que les gens s'ouvrent parfois plus librement en ligne. Mais, évidemment, il va y avoir des problèmes éthiques dans la façon dont vous allez répondre à quelqu'un qui dit qu'il va se suicider, ou quelque chose du genre. Il y a divers problèmes éthiques concernant la façon dont vous programmez.

«L'intelligence artificielle nous pousse à la limite de diverses questions sur ce qu'est l'être humain dans le monde»
Je suppose que le travail en intelligence artificielle peut être divisé en deux catégories: que vous parliez du type de problèmes auxquels nous sommes confrontés maintenant ou dans un avenir très proche. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés concernent à présent une IA «étroite» centrée sur des tâches particulières. Mais il existe également des travaux spéculatifs sur la possibilité de développer une intelligence artificielle générale ou, même dans ce cas, de passer de celle-ci à une surintelligence. Mais si nous cherchons une intelligence générale artificielle qui imiterait l'intelligence humaine en général, selon que nous en gardions le contrôle ou même si nous ne le contrôlions pas, de nombreuses personnes soutiennent qu'il faut intègrent une sorte d'éthique ou un moyen de s'assurer que l'IA ne fera pas le retour en arrière et décidera de se rebeller - le genre de chose qui se passe dans beaucoup d'histoires de robots d'Isaac Asimov. L'intelligence artificielle soulève donc de nombreuses questions éthiques, à la fois actuelles et futures.

L'intelligence artificielle soulève également un autre éventail de questions, car celle-ci nous pousse, à bien des égards, aux limites de diverses questions sur ce qu'est l'être humain dans le monde. Certaines des questions éthiques de l'IA concernent précisément notre façon de penser à nous-mêmes dans le monde. Pour donner un exemple, si vous pouvez imaginer un avenir de science-fiction dans lequel des robots font tout pour nous, les gens disent aussi comment créer des robots, non seulement pour des travaux banals et des travaux assez complexes, mais aussi pour: tâches créatives. Si vous vivez dans un monde où les robots exécutent toutes les tâches créatives, par exemple si vous avez des robots qui écrivent une musique meilleure que celle qu'un humain pourrait écrire, ou du moins aussi bonne que ce qu'un homme pourrait écrire, cela soulève simplement des problèmes fondamentaux. des questions de pourquoi sur terre nous sommes ici. Pourquoi tous ces jeunes dans les groupes de garage sont-ils en train d'écraser leurs mauvais riffs? Pourquoi font-ils cela si un robot ou une machine pourrait le faire mieux?

Travailler dans ce domaine est vraiment intéressant car cela nous pousse à poser ce genre de questions. Des questions comme: quelle est la nature de l'agence humaine? Comment sommes-nous en relation avec les autres? Comment pouvons-nous même penser à nous-mêmes? Il y a donc beaucoup de problèmes éthiques profonds qui se posent dans ce domaine. Au cours des deux ou trois dernières années, un certain nombre de personnalités ont exprimé leurs préoccupations quant à la nécessité de veiller à ce que l'IA se développe de manière bénéfique. Le Future of Life Institute, basé aux États-Unis, a un programme de subventions, financé par Elon Musk et le projet Open Philanthropy, attribué à 35 projets travaillant sur différentes questions liées au développement d'une intelligence artificielle bénéfique. 

Frederic Gaspoz

 

Posté par Frederic Gaspoz à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 décembre 2018

Réseau neuronal, intelligence artificielle

 

Un réseau de neurones artificiels, ou réseau neuronal artificiel, est un système dont la conception est à l'origine schématiquement inspirée du fonctionnement des neurones biologiques, et qui par la suite s'est rapproché des méthodes statistiques. 

@fredericgaspoz

Posté par Frederic Gaspoz à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2018

ABB leader de la robotique en Chine

fredericgaspoz1  

Employant plus de 18’000 employés en Chine, dont 5’000 à Shanghai, ABB est numéro 1 de la robotique en Chine, plus gros marché mondial (un robot sur trois est vendu en Chine).

ABB investit 150 millions de dollars dans une nouvelle usine, en Chine, opérationnelle en 2020.

Des robots collaboratifs, de l’intelligence artificielle, un jumeau numérique… ABB investit 150 millions de dollars pour faire de sa nouvelle usine chinoise un modèle d’automatisation et de flexibilité. Intégralement modélisée sous forme de jumeau numérique, ce nouvel outil de production agile devrait permettre au groupe de fabriquer des engins très différents, voire sur-mesure.

Cette numérisation de l’usine associée à la technologie maison ABB Ability Connected Services doit aussi fournir aux responsables de production et aux chargés de maintenance des informations sur l’état et les performances des robots dans l’usine à travers «des tableaux de bords intuitifs», afin d’anticiper les pannes et «d'éviter des temps d'arrêt coûteux», avec la volonté de rester à la pointe sur «les innovations numériques et les progrès de l'intelligence artificielle».

L’usine va permettre à des robots de fabriquer des robots, visant une production de 100 000 machines par an.

@fredericgaspoz

 

 

 

Posté par Frederic Gaspoz à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 novembre 2018

Androides

Le Japon occupe toujours le premier rang en recherche et développement dans le domaine des robots domestiques. Ces derniers tendent aujourd'hui à se diversifier, purement ludiques pour certains, assistants plus ou moins spécialisés pour d'autres. Malgré les progrès rapides, la demande n'est pas aussi importante que prévu. Les entreprises devront créer de nouvelles demandes si elles veulent s'approcher des prévisions les plus optimistes au Pays du soleil levant. Initialement, elles annonçaient un marché de même ampleur que celui des robots industriels. Force est de constater que les chiffres restent bien en deçà. Au Japon, les robots humanoïdes ont commencé à se faire remarquer au début des années 2010 sur un secteur professionnel particulier : l'accueil. Dans les hôtels, les centres commerciaux ou les salons, on a vu apparaître des androïdes capables de guider les arrivants et de répondre à leurs questions. Des fonctions qui sont proches de celles attendues d'un robot domestique.

fredericgaspoz

Les chercheurs en robotique peuvent l'utiliser pour explorer les possibilités d'assistance aux personnes âgées ou handicapées. Ce secteur est l'autre domaine où ces humanoïdes sont en train de trouver leur place. Le robot anthropomorphe a donc ici une dimension sociale. En plus de communiquer, il échange avec l’homme et peut reconnaître son visage et sa voix.  Les humanoïdes disposent d’un panel de phrases préalablement enregistrées. A l’aide de capteurs vocaux, elles assimilent les questions des visiteurs et répondent dans plusieurs langues, ce qui les rend peut-être encore plus efficaces qu’un professionnel en chair et en os.

@fredericgaspoz

Posté par Frederic Gaspoz à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 octobre 2018

Robotique militaire

fredericgaspoz 

Les robots militaires se divisent en deux catégories : les robots contrôlés à distance et les robots autonomes, capables de prendre une décision de leur propre chef.

1. Robots contrôlés à distance

L’utilisation de robots à distance garantit au pilote une sécurité supérieure que sur le terrain même et une protection contre d’éventuelles entraves à ses actions. L’agent se concentre ainsi sur la réussite de sa mission, sa vie étant moins en danger. Il peut de même, avec un stress diminué, éviter les dégâts collatéraux.

Ces robots restent des armes comme les autres. Elles sont commandées par des humains et n’agissent que sous leur commande. Elles permettent des frappes plus précises de par des aides à la visée ou même du fait que la machine ne tremble ou ne fatigue pas sous le poids du fusil tenu. Ce fait réduit davantage les dégâts accidentels puisque les balles perdues pourront être évitées. Plusieurs vies sont ainsi préservées du côté des soldats comme du côté des civils.

Tirer un missile via un drone est beaucoup plus impliquant et psychologiquement éprouvant qu’un largage de bombe à MACH 1. Alors que le pilote d’avion de chasse sera déjà à plusieurs kilomètres du lieu d’impact avant que la bombe ne touche le sol, l’opérateur suivra toute la trajectoire du missile puis observera les dégâts via le drone. De même la résolution du zoom des robots SWORDS permet aux opérateurs de voir jusqu’au nom du soldat qu’ils vont tuer.

Le problème est qu’il y a souvent des différences entre la mission parfaite programmée par ordinateur et visualisée sur un écran vidéo et les réalités des dommages constatés sur le terrain. Les drones peuvent rarement procéder à une identification visuelle directe des cibles. Contrôlés à distance, ils créent l’illusion d’une absence de guerre puisqu’aucun soldat n’est physiquement engagé sur le terrain. Cette distance fait perdre la notion de l’acte en lui-même, désengageant le soldat qui ne verra jamais les conséquences de ses actions. Celui qui manipule à distance un drone, souvent à des milliers de kilomètres du lieu où il vole, n’a plus du tout de proximité avec la machine qu’il dirige. La guerre devient un télétravail, accompli par des employés de bureau.

2. Robots autonomes

Avec les progrès technologiques, les robots deviendraient assez “intelligents” pour prendre des décisions que seuls les humains sont aptes à prendre pour le moment ; et au fur et à mesure que les conflits nécessiteront un traitement de l’information beaucoup plus rapide et une application de réponses adaptées, ces robots auraient un avantage sur les capacités cognitives limitées des humains. De plus ils seraient incapables d’éprouver des émotions et donc d’être influencés par le stress, l’adrénaline, facteurs souvent déterminants qui poussent les soldats à commettre des crimes de guerre.  Leur utilisation permettrait donc de réduire ces crimes de guerre, d’autant plus que leur présence sur le champ de bataille et sur les théâtres d’opération sera dissuasive pour leurs collègues humains puisque chacun de leurs faits et gestes seront enregistrés et donc rapportés au commandement. Le fait de posséder une telle force armée serait dissuasif et découragerait les pays à entrer en guerre. Personne ne souhaite affronter quelque chose qui ne se soucierait point de la mort. Avec une grande efficacité au combat, ces machines pourraient réduire la durée des conflits.

Ces machines ont l’air d’être efficaces puisqu’elles ne sont pas supposées faire de bavures mais si jamais un jour un imprévu se produit suite à un simple bug, qui sera responsable en cas de dommages. Les possibilités de dysfonctionnement plus ou moins dangereux, de capture ou de piratage, que les robots se retournent contre leur propriétaire à cause d’une donnée ne rentrant pas dans leur algorithme. On est encore très loin de pouvoir garantir qu’ils agiront sur une base bien informée. A chaque étape du processus – détection, identification, interprétation, prise de décision, action, l’incertitude peut se propager. En effet, chaque équation dispose d’une incertitude, la décision que prendra le robot au moment d’agir pourra être la mauvaise.

@FredericGaspoz

Posté par Frederic Gaspoz à 11:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 octobre 2018

Nanotechnologie à l'Université de Montpellier

fredericgaspoz

La Centrale de Technologie en Micro et nanoélectronique de l’Université Montpellier a été créée en Novembre 2002 à partir du regroupement de l’Atelier de TEchnologie MIcro et submicroélectronique (ATEMI) et du Laboratoire de Microscopie en Champ Proche (LMCP). Elle est labellisée par le ministère de la recherche comme centrale de proximité et à ce titre bénéficie du soutien financier de l’état et de la région Languedoc-Roussillon. Elle développe ses potentialités technologiques dans le domaine de la microélectronique et des nanosciences. Elle constitue ainsi un ensemble cohérent et original, par la présence de nouvelles méthodes de nanocaractérisations et par l'utilisation de technologies spécifiques mises en jeu dans de nombreux dispositifs micro et nanoélectroniques.

 

 

 

 

Posté par Frederic Gaspoz à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,